Une autoroute parsemée de ponts et tunnels lie l’aéroport, situé sur l’île de Lantau, à l’île de Hong Kong.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le temps de changer d’avion, j’avais déjà foulé une fois le sol artificiel de l’immense aéroport de Hong Kong qui, grâce à un travail de remplissage colossal, s’étend là où jadis clapotaient les flots de la mer de Chine méridionale.

Cette fois, les lieux m’ont paru moins sévères, moins “Chine communiste mégalomane” qu’à ma première visite, même si la navette sous-terraine semble directement sortie d’un labo Russe des années 70.

Cette fois, j’ai remarqué quelques touches colorées dans la grisaille des lieux. Quelques tiges de bambou par-ci, quelques décorations aux couleurs de l’arc-en-ciel par là. Par ailleurs monochromatique, la spatieuse aérogare inondée de lumière naturelle est en fait superbe. À travers les hautes baies vitrées, on peut observer à loisir le ballet incessant des avions, sur fond d’îles spectaculaires au relief accidenté. Une aérogare infiniment supérieure à celle de Montréal, au minable aéroport de Dorval d’où on ne peut même pas voir un avion, faute de fenêtres!

À Hong Kong, même les autobus sont construits en hauteur… Je me suis assis au penthouse (2e étage), première rangée, jouissant d’une vue superbe.

Je n’ai pas écouté ces Canadiens rencontrés dans l’avion et habitués de Hong Kong qui, pour aller en ville, m’avaient conseillé de prendre le train, “plus cher, mais plus simple”. J’ai plutôt opté pour le bus (“Airbus”), nettement moins cher, tout aussi confortable et, à mon point de vue, encore plus simple puisque le réseau d’autobus couvre de nombreux coins de la ville, nous conduisant pratiquement à la porte de notre hôtel, quel qu’il soit. À bord, des tableaux indicateurs électroniques montrent le nom du prochain arrêt et identifient les hôtels se trouvant à proximité. Impossible de se perdre!

Un tunnel, quelque part entre l’aéroport et Kowloon.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Après quelques minutes d’autobus, on a tôt fait de se retrouver en ville!

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Lorsque le tableau indicateur du bus montra “Caritas Bianchi Lodge”, je descendis. Quelques hôtels bon marché à considérer dans ce quartier. Une arrivée nettement plus relax qu’à Bangkok quelques mois plus tôt, un soir pluvieux où j’avais débarqué du bus à l’aveuglette, parce qu’il semblait y avoir beaucoup de touristes alentours, mais néanmoins sans savoir où j’étais…

Visite du Caritas, puis du Booth Lodge voisin (géré par l’Armée du Salut). Je préfère ce dernier, mais la nuit est tout de même à 440$HK (88$CAD). Voilà un prix “budget” pour Hong Kong… Bien sûr, c’est impeccable. Y’a la télé, le frigo, l’air climatisé, même si je n’ai besoin de rien de tout ça.

Me baladant en ville, je n’ai pu m’empêcher de faire des comparaisons avec Bangkok, puisque c’est de là que j’arrivais. Et Hong Kong en est bien différente! Les trottoirs sont larges et dégagés, pavés uniformément et sans obstacles. Au-dessus de nos têtes ne se trouve aucune gouttière dégoulinante. La température est chaude, mais nettement moins suffocante. Idem pour la pollution. L’odeur de la ville est différente. Tout est plus moderne. Rares sont les portes qui ne s’ouvrent pas automatiquement devant soi! Que c’est curieux, grâce à l’avion, de changer d’environnement de manière aussi abrupte!

Le soir, les lumières de Hong Kong se réflètent sur les eaux du Victoria Harbour.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le rythme de Hong Kong est frénétique. Même passé 23 heures, les boutiques ne semblent pas en voie de fermer, pas plus que les consommateurs ne semblent être en voie de ralentir leurs achats!

Facile de s’y laisser prendre. On se promène, on observe l’activité, on s’arrête manger un morceau dans une nouillerie, puis on continue encore un peu… Puis on finit par se rendre compte qu’il est déjà très tard!

Le quartier Mong Kok, à Kowloon, est particulièrement électrisant. On y trouve de tout. Des petits cafés et restos sympas, des boutiques de grands noms, des bouibouis chinois. Et ces brillants néons inondant les rues de lumière semblent dire à Times Square d’aller se coucher!

Par curiosité, je suis entré dans un centre commercial remarquable uniquement par un intense va-et-vient. À l’étage, j’ai vite compris qu’il s’agissait d’un haut lieu du piratage: copies de musique, films, jeux vidéos, logiciels en tout genre… Des tas de boutiques aux étalages débordants de copies, qu’on vend apparemment sans la moindre crainte de représailles. Le 3e étage faisait dans le même genre, mais uniquement avec du matériel porno… De quoi satisfaire les plus dépravés!

Jour de lessive à Kowloon, une “banlieue” de Hong Kong dont certains quartiers comptent une densité de population parmi les plus élevées au monde.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Des bonsaïs, Kowloon Walled City Park.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Hong Kong compte de nombreux parcs ravissants, où jeunes et vieux vont pratiquer les arts martiaux (le taï chi quan semble particulièrement populaires), bavarder en groupe (surtout les vieux), ou écouter la radio.

Un pavillon du Kowloon Walled City Park.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le Kowloon Walled City Park, entouré de tours d’habitation.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Dans le Kowloon Walled City Park.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Comme toute construction, les cimetières aussi doivent s’établir à flanc de colline.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Des offrandes fleuries, dans un cimetière de Kowloon.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Des tombes avec vue, au sommet d’une colline-cimetière de Kowloon.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

La tige de bambou est le matériau de prédilection pour tout bon échafaudage, et cela même pour la construction de tours de 20 étages!

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Au temple Wong Tai Sin, à Kowloon.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

De superbes cages de bois, au marché Yuen Po.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Je me suis un peu perdu avant d’arriver au Yuen Po, le marché aux oiseaux. La moitié des boutiques étaient hélas déjà fermées à mon arrivée, mais l’odeur de guano, elle, était encore bien présente!

Au coeur de Hong Kong, le dôme de la chambre du conseil législatif, héritage britannique, semble presque écrasé par la tour de la Bank of China, à droite. Cela réflète une certaine réalité: ici les affaires dominent totalement la politique, et on peut croire que tant que Hong Kong restera concentrée sur les affaires, sans se mêler de politique, Beijing la laissera jouir de sa relative autonomie.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Aujourd’hui est un jour férié, Pâques. Les gens d’affaires ont déserté le centre-ville et ont été remplacés par les domestiques Philippines, elles aussi en congé, venues par milliers y papoter, rigoler, jouer aux cartes et se coiffer mutuellement. Elles seraient 140 000 à travailler à Hong Kong. Et elles sont drôlement plus radieuses que les sérieuses Chinoises qu’on croise habituellement au centre-ville!

D’ailleurs les habitants de Hong Kong se prennent “drôlement” au sérieux! Trop soucieux de leurs possessions matérielles? Selon une étude parue ce matin dans le South China Morning Post, un quotidien local anglophone, 35% des enfants de Hong Kong apprécieraient leurs parents avant tout pour l’argent de poche qu’ils recoivent d’eux… Dans un autre ordre d’idées, un autre article intéressant faisait part d’inquiétudes quant à la capacité de ces enfants à subvenir eux-mêmes à leurs besoins une fois devenus adultes. C’est que les domestiques Philippines font tout: les nourissent, les habillent, portent leur sac d’école, leurs donnent les réponses aux devoirs du cours d’anglais…

Plus tard, lorsque j’ai pris le métro à la station Central, plusieurs petits groupes de Philippines papotant bruyamment sont entrés dans le wagon. À la station suivante, ce sont plutôt des Chinois silencieux qui sont entrés. L’un lisait son journal, l’autre son magazine, l’un lisait sa bd, l’autre jouait sur son téléphone cellulaire (d’ailleurs ici les réseaux sans fil fonctionnent même dans le métro). Pendant ce temps, les Philippines exubérantes continuaient à placoter joyeusement. Curieux contraste. Ces femmes, puisque ce sont elles qui, en partie, élèvent les enfants, peut-être auront-elles une certaine influence culturelle!

Le Hong Kong Park, une oasis au coeur de la ville.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Beaucoup de visiteurs viennent apprécier la nature artificielle du Hong Kong Park.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Parmi les attractions du Hong Kong Park, une immense volière dans laquelle les visiteurs peuvent déambuler et observer une trentaine d’espèces d’oiseaux. Des passerelles surélevées placent les promeneurs à la hauteur des branches d’arbres, où se trouvent la plupart des oiseaux.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

800 mètres de tapis roulants et d’escalators couverts permettent aux piétons de grimper sans se fatiguer la pente abrupte menant au quartier Mid-Levels, tout regardant défiler le décor.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Une rue commerçante.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Un vendeur de fruits, sous l’escalator Central-Mid-Levels.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le minaret de la mosquée Jamia, à la limite du quartier Mid-Levels. Diverses religions sont présentes à Hong Kong, mais la principale est, et de loin, celle du fric!

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le territoire de Hong Kong étant petit et accidenté, on ne peu guère construire qu’en hauteur.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine
Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Une villa cloîtrée de Shek O qui, derrière ses murs, a sans doute toute la splendeur d’un temple… Quelques unes des familles les plus riches de Hong Kong habitent la péninsule de Shek O.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Vue de loin, Shek O me paraissait d’abord d’allure méditérannéenne, mais à mesure que je m’approchai des villas luxueuses, elle me paru davantage d’esprit californien, avec la plage, la mer, les rochers, les BMW, les “SUV” n’ayant jamais roulé que sur de l’asphalte, la joggeuse et ses deux Golden Retriever…

En attendant le minibus qui devait me conduire à un accès à la Hong Kong Trail, j’ai remarqué un gadget intéressant: une machine distributrice par télé-paiement. Le client pitonne un code sur son cellulaire et la machine lui sort un Coke… Pratique pour celui qui aurait oublié sa carte à puce à la maison… J’ai oublié de vérifier si la machine prenait la monnaie.

Un sentier pédestre des mieux organisés: la Hong Kong Trail. 50 km de sentiers gratuits, avec téléphone d’urgence facilement accessible!

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Un ultra-léger survole le « dos du dragon », un tronçon de la Hong Kong Trail.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le « dos du dragon », un secteur spectaculaire de la Hong Kong Trail.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le quartier de Shek O et sa plage, vus de la Hong Kong Trail. Comme quoi Hong Kong n’est pas faite que de gratte-ciels.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Un point de vue, un peu plus loin sur la Hong Kong Trail.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

The Peak (Victoria Peak), le point de vue le plus spectaculaire sur Hong Kong.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le Peak Tram.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le Peak Tram, en opération depuis 1888, permet d’effectuer l’ascension du Victoria Peak (également accessible par autobus) jusqu’au belvédère situé à 400 mètres au-dessus de la mer.

Sur le belvédère du Victoria Peak.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Même si plusieurs villas de l’île de Hong Kong ont été encerclées ou même remplacées par des tours d’habitation, certaines jouissent encore d’une vue imprenable sur la ville.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Une toilette pour chiens… Le rêve de tout Montréalais las de ramasser les crottes de son animal!

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Tramway.

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le tramway, bientôt centenaire, reste le moyen le plus amusant de parcourir la ville, surtout assis à l’avant, à l’étage! À bord, ni air climatisé ni tableau indicateur électronique! Un anachronisme rafraîchissant dans cette ville ultra-moderne.

À l’étage d’un tramway ou d’un bus, on a souvent l’impression d’avoir la tête dans la forêt d’enseignes surplombant la rue…

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

Le Star Ferry fait la traversée entre Hong Kong et Kowloon. On peut aussi faire le trajet en métro, plus rapide mais moins panoramique!

Prise le
Publiée le
Hong Kong, Chine

À propos des auteurs

De plus en plus, je m’intéresse aux lieux plus qu’aux paysages. Au-delà de l’attrait esthétique, ce sont les usages évidents ou cachés des lieux, leurs histoires passées ou futures, qui susciteront mon intérêt. Cette étincelle m’est indispensable et explique probablement pourquoi je pratique relativement peu la photographie au quotidien. L’étincelle ne peut s’allumer que lorsque je mets tout le reste de côté pour m’abandonner à la photo, en me laissant porter par le moment présent.

J’ai mille projets photographiques en tête, mais je ne les réalise jamais car une fois mon repérage fait ou l’image déjà visualisée dans mon esprit, la motivation pour y revenir et créer la «vraie» image est beaucoup moindre; la découverte et la réflexion ont déjà été faites. Ainsi, s’il émerge parfois des ensembles cohérents parmi mes images, ceux-ci s’avèrent le plus souvent accidentels! Je n’ai rien contre l’approche calculée, au contraire j’admire ceux qui la pratiquent, mais ça ne marche pas pour moi, peut-être parce que je dois déjà faire amplement preuve de discipline et de patience dans les sphères professionnelles de ma vie. J’exige de la photographie qu’elle me fasse rompre avec mon quotidien.