Tout en ayant l’impression qu’un casque de sécurité serait une bien piètre protection advenant une éruption, on comprend tout de même l’obligation de le porter dans les limites du Parc national du volcan Masaya, mesure adoptée en 2001 après que le volcan eut craché des roches ardentes (heureusement sans faire de victime).

Par contre cette pancarte interdisant de fumer en bordure du cratère fumant laisse le visiteur dubitatif!

Prise le
Publiée le
Nicaragua

Des garçons s’amusent sur un belvédère donnant sur la lagune de Masaya, un lac formé dans l’immense caldeira du volcan Masaya (en arrière-plan).

Prise le
Publiée le
Nicaragua

Les fumées émises par le cratère Santiago du volcan Masaya.

Prise le
Publiée le
Nicaragua

Le cratère Santiago du volcan Masaya. Le Parc national du volcan Masaya comprend plusieurs autres cratères, mais seul le Santiago est en activité.

Prise le
Publiée le
Nicaragua

Le cratère Santiago du volcan Masaya est surplombé par la croix de Bobadilla, érigée pour la première fois au 16e siècle (puis maintes fois remplacée) pour conjurer le diable de garder fermée cette « porte sur l’enfer ».

Prise le
Publiée le
Nicaragua

À propos des auteurs

De plus en plus, je m’intéresse aux lieux plus qu’aux paysages. Au-delà de l’attrait esthétique, ce sont les usages évidents ou cachés des lieux, leurs histoires passées ou futures, qui susciteront mon intérêt. Cette étincelle m’est indispensable et explique probablement pourquoi je pratique relativement peu la photographie au quotidien. L’étincelle ne peut s’allumer que lorsque je mets tout le reste de côté pour m’abandonner à la photo, en me laissant porter par le moment présent.

J’ai mille projets photographiques en tête, mais je ne les réalise jamais car une fois mon repérage fait ou l’image déjà visualisée dans mon esprit, la motivation pour y revenir et créer la «vraie» image est beaucoup moindre; la découverte et la réflexion ont déjà été faites. Ainsi, s’il émerge parfois des ensembles cohérents parmi mes images, ceux-ci s’avèrent le plus souvent accidentels! Je n’ai rien contre l’approche calculée, au contraire j’admire ceux qui la pratiquent, mais ça ne marche pas pour moi, peut-être parce que je dois déjà faire amplement preuve de discipline et de patience dans les sphères professionnelles de ma vie. J’exige de la photographie qu’elle me fasse rompre avec mon quotidien.