Le pont Scott (1928), sur la rivière Saint-Charles. On ne se croirait pas en pleine ville!

Prise le
Publiée le
Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Toujours à l’affût d’une occasion de profiter de nos vélos pliants, Isa et moi les avons emportés – c’est si facile! – pour une escapade à vélo d’une journée à Québec en compagnie de mon père.

Notre plan de randonnée : traverser le pont de Québec, visiter le parc des Chutes-de-la-rivière-Chaudière, admirer Québec depuis la rive opposée, prendre le traversier à Lévis, puis rentrer à Sainte-Foy par la piste cyclable de la rivière Saint-Charles. Joli programme non?

La veille, juste avant d’aller au lit, tout béat d’avoir un si bon plan pour le lendemain, j’aperçois un journal Le Soleil qui traîne sur la table. En couverture, un titre concernant le Marathon des Deux Rives. Ah, ils ont un marathon bientôt? J’ouvre le journal. En page 2, un plan du parcours : ça commence à Lévis, longe la rive en face de Québec, traverse le pont de Québec… Hein? Je commence à m’inquiéter… C’est quand? Zut, c’est pour demain et le marathon s’approprie la moitié de notre itinéraire de rêve!

De retour le nez dans les cartes pour produire un nouveau plan… Ce sera finalement : emprunter la piste de la rivière Saint-Charles, poursuivre jusqu’à la chute Montmorency, puis rentrer par à peu près le même chemin, avec un petit détour par la baie de Beauport. Ça devrait faire l’affaire et éviter tout obstacle lié au marathon. À chacun son sport!

Alain et Isa dans le parc linéraire de la rivière Saint-Charles.

Prise le
Publiée le
Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Depuis une quinzaine d’années, une grande partie des berges de la rivière Saint-Charles qui avaient été bétonnées dans la folie des années 1970 ont été renaturalisées, si bien qu’aujourd’hui on a le plaisir de profiter d’un véritable jardin linéaire.

Les clochers de l’église Saint-Charles de Limoilou.

Prise le
Publiée le
Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

À la chute Montmorency, mission accomplie!

Prise le
Publiée le
Beauport, Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Chute Montmorency.

Prise le
Publiée le
Beauport, Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Sur le chemin de la baie de Beauport, par-delà le muret, on aperçoit une partie des installations portuaires de Québec ainsi que l’incontournable Château Frontenac.

Prise le
Publiée le
Beauport, Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Isa et les vélos à la baie de Beauport.

Prise le
Publiée le
Beauport, Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

La baie de Beauport est prisée pour les activités nautiques comme le kite surf et la voile. On comprend, la brise y est bonne! 

Prise le
Publiée le
Beauport, Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Aperçus au retour, des cormorans sur la rivière Saint-Charles.

Prise le
Publiée le
Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada
Olympus E-M5

Distance parcourue : 53 km

Référence : Pistes cyclables à Québec

À propos des auteurs

De plus en plus, je m’intéresse aux lieux plus qu’aux paysages. Au-delà de l’attrait esthétique, ce sont les usages évidents ou cachés des lieux, leurs histoires passées ou futures, qui susciteront mon intérêt. Cette étincelle m’est indispensable et explique probablement pourquoi je pratique relativement peu la photographie au quotidien. L’étincelle ne peut s’allumer que lorsque je mets tout le reste de côté pour m’abandonner à la photo, en me laissant porter par le moment présent.

J’ai mille projets photographiques en tête, mais je ne les réalise jamais car une fois mon repérage fait ou l’image déjà visualisée dans mon esprit, la motivation pour y revenir et créer la «vraie» image est beaucoup moindre; la découverte et la réflexion ont déjà été faites. Ainsi, s’il émerge parfois des ensembles cohérents parmi mes images, ceux-ci s’avèrent le plus souvent accidentels! Je n’ai rien contre l’approche calculée, au contraire j’admire ceux qui la pratiquent, mais ça ne marche pas pour moi, peut-être parce que je dois déjà faire amplement preuve de discipline et de patience dans les sphères professionnelles de ma vie. J’exige de la photographie qu’elle me fasse rompre avec mon quotidien.