Les chaises et les parapluies.

Prise le
Publiée le

Une enfant au jeu, vue du haut de la tour d’observation Saint-François, à l’extrémité est de l’île d’Orléans.

Prise le
Publiée le
Île d'Orléans, Capitale-Nationale, Québec, Canada

« Qu’est-ce qui m’émeut tant dans cette photo? C’est peut-être cette façon qu’a la petite fille d’habiter le plein centre de la composition circulaire — forte, joyeuse, légère — sa façon d’investir le vide apparent en lui imprimant le mouvement de sa ronde solitaire. Comme tous les enfants, elle est au monde et hors du monde, dans son pays à elle. Et on voudrait y être avec elle. Mais de penser aussi que je peux être le regard de mon fils et voir le monde comme il l’a vu un bref instant cet après-midi-là, cela m’émeut tout autant. » — Ghislaine Fiset

Monoculture sur une exploitation agricole voisine de l’aéroport de Zurich.

Prise le
Publiée le

Près de Saint-Georges-de-Windsor.

Prise le
Publiée le

Le lac Preston, vu depuis le sentier « La Route des Zingues ».

Prise le
Publiée le

Autoroute.

Prise le
Publiée le

Conduite nocturne.

Prise le
Publiée le
Québec, Canada
Prise le
Publiée le

Arbres et tuteurs, dans un parc enneigé à Sainte-Foy.

Prise le
Publiée le
Québec (ville de), Capitale-Nationale, Québec, Canada

Grand héron perché dans un arbre.

Prise le
Publiée le
Parc de Plaisance, Outaouais, Québec, Canada
Thurso, Outaouais, Québec, Canada
Olympus E-M5 Mark II

À propos des auteurs

De plus en plus, je m’intéresse aux lieux plus qu’aux paysages. Au-delà de l’attrait esthétique, ce sont les usages évidents ou cachés des lieux, leurs histoires passées ou futures, qui susciteront mon intérêt. Cette étincelle m’est indispensable et explique probablement pourquoi je pratique relativement peu la photographie au quotidien. L’étincelle ne peut s’allumer que lorsque je mets tout le reste de côté pour m’abandonner à la photo, en me laissant porter par le moment présent.

J’ai mille projets photographiques en tête, mais je ne les réalise jamais car une fois mon repérage fait ou l’image déjà visualisée dans mon esprit, la motivation pour y revenir et créer la «vraie» image est beaucoup moindre; la découverte et la réflexion ont déjà été faites. Ainsi, s’il émerge parfois des ensembles cohérents parmi mes images, ceux-ci s’avèrent le plus souvent accidentels! Je n’ai rien contre l’approche calculée, au contraire j’admire ceux qui la pratiquent, mais ça ne marche pas pour moi, peut-être parce que je dois déjà faire amplement preuve de discipline et de patience dans les sphères professionnelles de ma vie. J’exige de la photographie qu’elle me fasse rompre avec mon quotidien.